Les amants du Lac Noir – Shooting by Capture my soul

7

Publié le 10/04/2020 | Mise à jour le 10/04/2020 | Par Paule

Temps de lecture estimé : 4 min

“Tout les sépare.
Leur culture, les lieux où ils ont grandi, leur place dans la société, leur langue. Oui, absolument tout les sépare.

Seulement, lors d’une belle après-midi d’automne, Valentine déboule dans le jardin d’une petite maison des montagnes bernoises, ses sacs sous les bras. Elle n’a que 14 ans, vient de perdre ses parents. Vient de perdre ses repères. Doit apprendre à se reconstruire dans cette famille dont elle ne connaît personne. Elle, est une vieille amie d’enfance de sa douce maman dont elle ne se souvient pas d’avoir entendu parler. Elle, il parait qu’elle a une famille, un mari et un fils.

Qu’importe, la vie est ainsi faite. La demoiselle fût accueillie à bras ouverts. Une chambre sous les toits joliment décorée avait été préparée pour elle. Pas très grande, mais lumineuse. Elle s’y sentait bien. Avant elle courait à chaque heure du jour dans les champs, montait aux arbres, escaladait les rochers… Elle n’était pas sûre de pouvoir encore battre la campagne comme elle le faisait jusqu’à hier. Mais elle savait que cette petite chambre serait son refuge.

Bientôt arriva l’heure du souper. Lorsqu’on l’appela pour descendre et qu’elle arriva dans la cuisine, elle s’entrava et se retrouva nez à nez avec un jeune garçon rondouillet, avec de jolis yeux bleus. Il lui sourit, elle lui sourit. Leur amitié naissait. Valentine était rassurée. Le garçon, David, avait l’air gentil. Pas une de ces petites terreurs qui allait lui voler ses jouets, abîmer ses vêtements et lui couper les cheveux dans la nuit. Elle rencontra le papa aussi. Plus austère. Seule la discipline lui importait.

C’est ainsi que Valentine retrouva son équilibre dans cette petite famille bourgeoise et influente de l’Oberland bernois. Les années passèrent, elle devint une jeune femme. Toujours sauvage. À courir, à vivre dehors. Plus intéressée par la lecture et les rêveries que par la couture. Elle voulait devenir quelqu’un. David, lui découvrit la nature, grimpait aux arbres et se laissait porter par le vent. Seuls l’école et son petit travail interrompaient leur rythme de bohème.

Un jour d’été, ils décidèrent de partir à vélo plusieurs jours et le vent les mena au Lac Noir. Dans les Préalpes fribourgeoises. Leur amitié commençait à se transformer en quelque chose de plus fort, de plus attirant et de magnétique. C’est au bord du Lac Noir qu’ils se rapprochèrent et s’avouèrent leurs sentiments. Alors cette amitié devint amour. Inconscients et heureux, ils ne se cachèrent pas aux yeux de leurs parents.
D’un avis contraire, le père ne voyait pas cette idylle de la même façon. Il avait des projets pour son fils, pour sa carrière. Et Valentine n’en faisait pas partie. Il était temps qu’elle aille faire sa vie. Puisque les études n’étaient pas son fort, elle irait travailler. Ils lui trouvèrent dans les jours qui suivirent une maison où elle apprendrait à tenir un foyer, à s’occuper des enfants. Elle rencontrerait quelqu’un, de bien placé ou pas, et se marierait avec. Il s’en fichait. Il avait fait son quota. Il l’avait nourrie pendant des années.

Elle n’eut pas d’autre choix que de partir et quitta son refuge, sans avoir le droit de revenir. Laisser son amour de toujours, sans jamais plus pouvoir l’embrasser. Son David.

Son père l’avait présenté dans la semaine à une jeune femme d’une famille noble à qui il se marierait quand le temps induit par les conventions serait écoulé. Qu’importe ses sentiments. Son père voulait se hisser en haut de la société, au dépend de ce que sa propre progéniture pouvait ressentir. Le sort était scellé.

« Je ne sais pas quand, mais un jour je t’épouserai toi. C’est toi que j’aimerai là où nous nous sommes aimés pour la première fois. Même si nous n’avons rien, dans ma vie, dans ma réalité, tu es mon tout. Ne cesse pas de m’aimer, je viendrai te chercher »

Écrit sur un petit bout de papier, Valentine sentit l’espoir s’emparer de son petit cœur abîmé… Elle l’attendrait…

La légende ne nous dit pas exactement ce qu’ils sont devenus. Les versions varient. On dit seulement que parfois dans le vent d’automne, celui qui descend de la montagne et qui annonce l’hiver, on entend le rire de ces deux être réunis. Vivants cachés de tous au bord de ce lac mystérieux. Dans le froid de l’hiver, dans la chaleur de leurs étreintes… ”

 

Vous avez certainement envie d’en savoir plus sur les acteurs du shooting…

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Photographe 

Marie Montibert – Capture my soul

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

                                         Vidéaste 

Leonardo Villiger

Admirez vite sa video, plus bas sur la page !

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Wedding planner & décor 

Emmanuelle Cavigelli – Cavigelli Wedding

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Maquillage & coiffure

Christèle, Maïlis & Amandine – C&C Maquillage

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Stylisme de la mariée 

With Love

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Chaussures de la mariée

Dessine-moi un soulier

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Stylisme du marié 

Zalando

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Chaussures du marié

Le Majordome

 

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Joaillerie 

Bijoux Marielle Girardin

 

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Bijoux 

Graine de shopping

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Fleuriste 

àcôté

 

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Cookies 

La bavarderie 

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Calligraphie

Emilie Marchesi – emcreations

 

 

Les amants du Lac noir by Capture my soul

 

Modèles

Barbara – @bohemian____spirit

Manu –  @manueldenzler